Accidents de palombières, chutes mortelles

Compte rendu de la journée sécurité le 11 septembre 2010

l Actualités l Sommaire 2010Pages 2009 l Sommaire 2009 l Pages 2008 l Contact l

Accueil Bonjour                                         (photos de la journée)

De vives discutions animaient les chasseurs de palombes samedi dernier à la palombière du Bousquet commune de Sarlat. Ils étaient venus de l'ensemble de l'arrondissement de Sarlat. Les premiers arrivés ont assisté à la mise en place du matériel. 

M. Aldrin Patrick Maire adjoint de Sarlat, vice Président de la CdC du Sarladais a accueilli les participants. Il a excusé les pompiers absents pour des raisons techniques et opérationnelles de dernières minutes. 

La présentation a commencé par un exposé de Christian Ceyral pour situer le niveau de sécurité. 

Couper une branche dans un arbre relève du métier de grimpeur élagueur qui est encadré par une législation précise qui s'est encore renforcée en 2009. Le CFAA d'Asparren en Pyrénées Atlantique est l'un des centres de formation à ces techniques. En moyenne les stages durent 6 mois. Les privés chez eux ne sont pas astreints à cette réglementation. Pour autant, dans une palombière les situations sont identiques. Il est donc vital de se munir des techniques et matériels de grimpe associés à la sécurité.

Le syndrome du harnais est une découverte relativement récente et donc pas très connue. Médicalement c'est très complexe et de nombreuses documentations sont disponible sur internet. C'est une position d'où il faut immédiatement retirer la personne. Bien évidemment, il faut connaître les gestes qui permettent de conserver en vie la personne secourue en attendant l'arrivée des secours. La connaissance du syndrome du harnais est indispensable, car dès que la personne est au sol, le diagnostique vital est engagé. La méconnaissance des gestes d'urgence pour cette pathologie serait fatale au blessé.


Présentation du système complet de sécurité qui permet de descendre un nid de frelons, action identique à celle des chasseurs dans un arbre pour les travaux d'entretien ; c'est toujours en haut dans les arbres
Une première corde noire qui sert d'accès, de maintien en position travail et pour descendre. Elle est reliée au sol à un dispositif de secours et de sauvetage de la personne en élévation. Au cas où la personne ne pourrait pas descendre pour diverses raisons par ses propres moyens, une personne doit être présente au sol pour lui porter secours, la descendre et de lui prodiguer les premiers soins que nécessite son état de santé. La connaissance du syndrome du harnais est indispensable dans ce cas.
La deuxième corde jaune est aussi reliée au sol à un dispositif de secours et de sauvetage de la personne en élévation. Fixée à un second point d'encrage, elle n'est jamais en charge, sa seule fonction : laisser circuler un matériel anti chute qui se bloque immédiatement si sa vitesse de déplacement sur la corde de ce dernier s'accélère, donc en cas de chute.

Plusieurs personnes ont pu descendre la personne en difficulté. et s'initier au premier geste impératif de secours au blessé qui consiste à le mettre en position assise ou debout. En position allongée le pronostique vital serait très vite irréversible. D'autres participants ont grimpé et ont pu apprécier la facilité de monter à la corde avec des équipements adaptés.

Les personnes sur place ont pu admirer la technique simple à la portée de tout le monde pour installer une corde depuis le sol à 20 mètres et même plus haut. Certains ont même envisagé de se servir de cette technique pour faire tomber des palombes mortes restées dans les branches.

Cette première présentation situe déjà le niveau d'insécurité dans lequel sont ceux qui muni d'un simple harnais montent à l'échelle et s'attachent à une branche pour ne pas tomber. << ne pas tomber n'est pas une action suffisante >>.
Ceux qui montent à l'échelle dans les arbres pour détruire et descendre les nids de frelons n'échappent pas à cette insécurité flagrante.

Deuxième présentation à l'échelle. Tous (descendeur de nid de frelons et chasseurs de palombes) plus ou moins pratiquent avec une échelle. Se sécuriser sur une échelle en privé, c'est impératif. 
Dans ce cas l'installation d'un dispositif identique à celui de la corde jaune de la présentation précédente qui bloquera immédiatement la chute. Donc une corde sera installée avant de monter à l'échelle, depuis le sol. Elle sera placé sur une branche au dessus du niveau de l'échelle. Un dispositif anti chute sera installé sur la corde, et un plan de secours sera présent au sol.
L'échelle sera bloquée par des pieux enfoncés dans le sol et attachée à ces derniers. Elle sera attachée au fur et à mesure de la progression aux branches ou au tronc de l'arbre. 

La présentation à "glissé" vers le remplacement de la sangle autour d'une branche par un dispositif près de la personne en élévation qui permet de stopper la chute immédiatement, la secourir si elle se trouve en difficulté. Les participants ont pu prendre conscience de dangers qu'ils ignoraient comme la suspension prolongée dans un harnais, l'obligation de mettre assis ou debout une personne descendue après quelques minutes inerte dans un harnais. Tous sans exception pensent à ne pas tomber, mais après pendu à la branche que fait- on ?. Bien souvent ils ne sont pas attachés pas la peine disent- ils, et quelques fois ils sont seuls (anecdote raconté par un chasseur). Les secours, pompiers, SAMU ne peuvent pas arriver à temps : 7 minutes étant considérées comme le temps maximum d'une personne en difficulté et qui plus est inerte dans un harnais. 


La profession de grimpeur élagueur comme celle du travail en élévation sont encadrées par une législation qui ne laisse pas de place à l'improvisation. Cette activité se pratique uniquement avec des cordes et des équipements adaptés. Depuis 2009, un artisan n'a plus le droit de travailler seul en élévation dans un arbre, la réglementation qui s'appliquait aux salariés s'applique désormais au chefs d'entreprises indépendants. L'artisan doit être accompagné d'une personne qui est qualifiée pour lui porter secours à son poste de travail dans l'arbre et lui prodiguer les premiers soins. 

En privé nous devons "copier" sur eux et adapter la sécurité nécessaire à la conservation de notre santé. Nous devons sécuriser toutes nos nombreuses interventions en élévation qu'il s'agisse d'une échelle ou d'un échafaudage.

Résumé :
- ne pas tomber n'est pas une action suffisante 
- avoir mis en place un plan de secours à la personne avant son élévation est impératif
- cela nécessite aussi de connaître qu'elles sont les premières actions qui vont engager le pronostique vital de la personne secourue.
- s'écarter des règles de l'art induit forcément des situations accidentogènes.


Photos de la journée :
http://www.frelon-asiatique.com/securite/10/syndrome-du-harnais/

Lien syndrome du harnais

Idem ci dessus, mais une autre source

Un aperçu des accidents de palombières par chute des personnes


Christian Ceyral
05 35 54 02 16 // 06 19 55 41 06

 

Fichier créé le 12/09/2010 - mise à jour le mardi 18 novembre 2014 - Rédacteur : Christian Ceyral