Frelon européen ou asiatique : comment les différencier ?

Les nouvelles des abeilles et des frelons en Dordogne

Accueil

Août 2010

© Christian Ceyral 

Un accident au travail :
05/08/2010 

Au cours d'un chargement de tuiles mécaniques usagées sur un dépôt privé. Je me suis trouvé au milieu des frelons sans m'en rendre compte, voyant que j'étais cerné de frelons (une dizaine) j'ai essayer de m'échapper calmement. C'est à ce moment là qu'un m'a piqué à la paume de la main droite. Pour autant je suis resté sur place pour voir ce qui se passait. J'ai donc aperçu les frelons autour de leur nid que j'ai pu localiser dans un bloc de béton. Ils se sont placés en "stationnaire" autour du nid à 1/1,5 mètre du nid sans me poursuivre. j'étais tête, jambes et bras nus. 

La main et les doigts qui gonflent, puis le poignet et l'avant bras jusqu'à ses deux tiers. Douleurs et hématome importants, j'ai dû déjeuner de la main gauche, celle de droite était très douloureuse et "bloquée" par l'hématome. Pendant exactement deux heures, progression de l'hématome. 18 heures la douleur diminue et l'hématome ne progresse plus. 22 heures la douleur est quasiment nulle et l'hématome se résorbe peu à peu. 48 heures après l'hématome n'est presque plus perceptible.

Nous sommes en train de tester si la présence des frelons pouvait être découvert par une inspection minutieuse. Plusieurs personnes ont fait le test. Ce n'est qu'après en moyenne plus de 20 minutes qu'un frelon à été aperçu. Mais pour autant cela va vite, et il reste ensuite à localiser le nid, le nombre de frelon reste encore à cette saison peu nombreux.
Résultat d'un comptage minutieux : 33 sorties et 39 entrées en 40 minutes (12:06 à 12:46). 

Les déplacements de nids :
Juin 2010.
La reine s'est perdu ou elle est morte. Ce nid a été prélevé à la Roque Gageac chez Jean François. Le temps de transfert à été de plus de 2 heures, le point d'installation n'était pas prêt. Ce nid n'avait pas encore de jeunes ouvrières. Une semaine plus tard les trois premiers insectes formés (couleur normale) étaient des mâles que j'ai tout de suite repérés avec leurs grandes antennes. Les six nymphes étaient aussi des mâles. 

05 Juillet 2010 :
Le nid suivant a été déplacé du Moulin du Peuch à Plazac. Un insecte à été perdu au cours du transfert. Il a été bien calme la première semaine. Depuis il se développe rapidement.

20 juillet 2010 :
Troisième nid à être déplacé de Thonac et installer dans un creux de châtaignier. Son développement est lent.


5 août 2010 :
Déplacement d'un nid de Sergeac installé sous une tuile de la maison à Lucien. Il a été installé à Sarlat dans une ferme  désaffecté. C'est un bâtiment très ancien de métayers. Une pièce d'habitation avec cheminée, et jouxtant cette pièce, une étable pour les animaux.  Dans d'autres cas, l'habitation était dessus, et l'étable dessous. Les animaux et le fumier servaient de chauffage l'hiver.


Les observations des scientifiques ;
Elles sont en place pour la troisième année consécutive. D'un mot, le CNRS continue son observation des aller et venues des frelons à pattes jaunes, l'INRA poursuit la recherche d'un appât sélectif. Le MNHN a mis en place un protocole de piégeage du frelon à pattes jaunes afin de contrôler l'impact sur les insectes non ciblés. Il continue aussi à définir les insectes ramenés au nid pour nourrir les larves. L'IRBI travaille sur la reconnaissance chimique entre eux des insectes de même caste. Bien évidemment, c'est un court résumé des études en cours.

Diverses méthodes de destruction des nids :
Il y en a pour tout le monde. La première règle est de ne pas jouer les durs face à un adversaire redoutable. Bien connaître l'insecte permet de bien maîtriser la situation. 
 - De la poudre insecticide  avec des tuyaux IRO d'électricien poussée à l'intérieur du nid avec une réserve d'air compressée
 - Injection d'insecticides gazeux avec des bombes du commerce directement dans le trou d'entrée. 
 - Montée de la température ou abaissement de la température intérieure du nid
 - Utilisation de SO2 injecté directement dans le nid
 - Dans tous les cas, utilisation d'une combinaison anti frelon.

Descente des nids des arbres
Attention, le travail en élévation est régit par des textes qui ne laissent pas de place à l'improvisation.  Depuis le décret de 2007, un travailleur indépendant (artisan à son compte) n'a pas le droit de travailler seul, il doit être accompagné d'une personne qualifié pour lui porter secours immédiatement dans l'arbre.

Monter à l'échelle pour détruire un nid dans les arbres n'est pas autorisé par la législation sur le travail. Cette action relève du travail en élévation et doit faire l'objet d'un matériel (doublé) pour prévenir les chutes et d'un plan de secours à la personne. De plus la personne qui travaille en élévation doit être accompagnée d'une personne capable de lui porter secours, de la descendre de l'arbre et lui prodiguer les premiers soins d'urgence au sol.

Une personne "attachée" à une branche qui tombe et qui est retenue par un baudrier à 7 minutes de vie si par ses propres moyens elle ne peut revenir à sa position initiale. Aucun moyen extérieur de secours n'est en mesure de porter secours à une personne qui ayant chuté se retrouve accroché à une branche et encore moins à une personne qui fait un malaise. Ne pas tomber c'est bien, mais mourir pendu à une branche c'est pas mieux que mourir en tombant au sol.

Attention, ne jamais signer de décharge :
en cas d'accident imputable à l'action de destruction d'un nid de frelon qu'il soit à pattes jaunes ou qu'il s'agisse de Vespa crabro. Devant un tribunal elle sera caduque
De même un donneur d'ordre engage sa responsabilité tout comme l'exécutant, ou le propriétaire des lieux.

Les essaims cette année ont été nombreux à se loger dans des endroits où les abeilles ne sont pas les bienvenues. Toujours la situation classique des volets fermés des résidents secondaires et même des résidents permanents. 

Combien de temps faudra t il pour qu'enfin les responsables apicoles français admettent qu'ils sont dépassés, et que l'abeille va considérablement devoir évoluer. L'échec qu'ils ont fabriqué de toutes pièces sans aucune connaissance de la biologies des frelons en général est un exemple de leur manque de réactivité positive. 

 

a

Accueil

l SommaireComportements l Signalements l Pièges l HibernationContact l Rétrospective l Pour rire l
l Sécurité l Destruction l Éradication l Localisation des nids l Surveillance aérienne l Comptage l
Études l

z  Fichier créé le 01/01/2010 - mise à jour le dimanche 22 août 2010 - Rédacteur : Christian Ceyral 
Statistiques mois de novembre 2007 : c'est 1372 visiteurs 6669 pages ouvertes
Statistiques mois de mars 2008 : 3600 visites 13000 pages ouvertes


<-
3 ans 8 Communes Sarladaises - et plus bas 7 communes vallée Dordogne ->




7 Communes vallée Dordogne

Graphique récapitulatif de 3 années d'observations en Périgord Noir

Les quantités de jeunes reines piégées en 2009 ont été moins nombreuses malgré un plan de piégeage identique. Les 6 communes de référence sans piégeage ne marque pas d'évolutions significatives. Certaines découvrent les premiers nids en 2009. Sur aucun des nids conservés en 2008 et 2009 nous n'avons réussi à capturer la jeune reine avec des pièges à proximité durant le temps ou elle était seule pour construire son nid et alimenter ses larves.

 

Précédent 31/01/2010
Deux campagnes de pièges n'ont pas eu l'effet escompté. A ce jour la Préfecture a confié le sujet à la DVS. Ces derniers ne savent pas fin janvier si la campagne 2010 des pièges à jeunes reines sera activée. De toute façon indiquent ils une réunion aura lieu pour faire le point en février 2010.
Nous, nous observons toujours les communes qui n'ont jamais piégé. Nous ne voyons pas d'évolutions significatives par rapport aux communes qui ont piégé. Le nombre des nids en secteurs résidentiels progresse fortement en 2009, alors que en campagnes ils augmentent moins. Sur 15 communes nous avons eu une baisse de 10.14% en 2008. L'année suivante 2009 verra une augmentation de 53.62% par rapport à l'année de référence 2007. 
Attention, Montignac ville de 3 000 habitants sans volonté de lutte contre ce fléau passe d'une augmentation de 75 % en 2008 à 475 % en 2009. Deux conférences à Montignac 2008 et 2009 n'ont suscité aucun intérêt de la part de la population. En 2007, 3 nids non détruit, 2008 4 nids non détruits et en 2009, 10 sont restés en place.
 

© Christian Ceyral