Frelon européen ou asiatique : comment les différencier ?

Destruction des nids de frelons asiatiques séance publique
Sécuriser les montées et les descentes dans les arbres
Descendre les nids de frelons Vespa velutina nigrithorax

Sommaire 2010Pages 2009 l Sommaire 2009 l Pages 2008

Accueil

Animated Gifs

Prochaine présentation de la sécurité dans les arbres le 11 septembre 2010 voir :
Sécurité dans les arbres et en élévation

01/06/2010

Depuis novembre 2009,  nous avons évolué vers une demande de validation de notre protocole de travail en élévation par la DIRECCTE d'Aquitaine. La particularité de l'intervention dans les arbres pour les nids de frelons à pattes jaunes devait aboutir à un protocole différent des grimpeurs élagueurs. Ces derniers (y compris les indépendants) sont tous depuis 2009 obligés d'intervenir à deux personnes qualifiés. Les deux personnes doivent être SST* (si les deux travaillent en alternance et en élévation)  et être formées à porter secours à  descendre l'autre personne qui se trouverai en difficulté donc sans pouvoir descendre par ses propres moyens. La personne qui monte n'a pas besoin d'être SST si elle est la seule à travailler en élévation.
* Sauvetage et Secours du Travail

Donc notre plan de secours devait répondre à l'obligation de pouvoir descendre la personne en difficultés en ayant seulement la qualification SST, pas la capacité de monter porter secours à la personne dans l'arbre. Cela implique les restrictions de notre protocole. Une des restrictions pour exemple :  toujours rester suspendu à la corde de travail, ne jamais se déplacer dans l'arbre.
             
Samedi matin 28 novembre 2009, c'est 32 personnes qui ont assistés à l'opération de montée et de descente sécurisé dans les arbres avec enlèvement du nid de frelons asiatiques. Nous avons à regretter l'absence de Jean Jacques de Perreti. Pas mal de personnes auraient aimé avoir son sentiment sur le qui "doit payer ce nouveau fléau". En l'état actuel de la législation, c'est à la charge des particuliers. Pour le domaine public, c'est de gros moyens matériels et de personnels qui sont mis en œuvre pour détruire et enlever les nids de frelons asiatiques. Dans ce dernier cas, c'est encore à la charge  des citoyens (impôts locaux ou départementaux).

Archives anciennes méthodes
Archives destruction
Archives éradication-frelon-asiatique
Archives destruction-frelon-asiatique

Photos dans le cèdre, Jacques Crouzel

Destruction d'un  nid de frelons par Christian Ceyral (11).jpg (676610 octets) Présentation des frelons d'un nid récolté le 8 novembre à Marcillac St Quentin. 1536 frelons capturés suite à la descente sauvage du nid. Arrachage de l'arbre par le propriétaire qui en avait envie depuis pas mal de temps pour de tout autre raison que celles de la présence des frelons. Vous avez tous reconnu sur cette photo M. Amblard, Président des chasseurs de la Dordogne.
Le plus long c'est de se mettre en place. Monter le fil passe corde, monter les cordes, mettre les sécurités au sol. Combinaison et harnachement enfilés, nous voilà prêt à monter. Déjà deux mètres, la moitié du travail est déjà effectué. La montée se fait visage et main découverte. Pas de risque de piqûre pour autant de temps que le support du nid n'a pas été chahuté. A la moindre sorti des insectes autour du nid, arrêter tout. 2 à 3 minutes et tout le monde sera de retour à ses occupations, la progression vers le nid peut reprendre. Destruction d'un  nid de frelons par Christian Ceyral (21).jpg (611227 octets)
Destruction d'un  nid de frelons par Christian Ceyral (23).jpg (738049 octets) Petits essais de longueur pour voir si la position du grimpeur est bonne pas rapport au nid. C'est toujours les branches de l'arbre qui ont le dernier mot. Ce sont elles qui servent de guide pour atteindre le nid. Ce sont aussi elles qui en interdisent l'accès, alors le grimpeur doit se déplacer pour trouver une positions où elles serviront d'appuis tout en laissant passer le tube.
Le passage entre les branches à été trouvé. L'injection du produit peut se faire. Dans ce nid pas très gros, c'est 200 milligrammes de produit pur qui sera injecté (produit en vente libre). Dans cette opération la position du grimpeur a été choisi en appuis sur deux branches, à 7 m. en oblique du nid. Il est pénible d'accéder à un nid en oblique. Le grimpeur doit choisir d'être plus près du nid. A la verticale, le nid  peut être facilement atteint à 12 m. plus haut. Destruction d'un  nid de frelons par Christian Ceyral (25).jpg (514272 octets)
Destruction d'un  nid de frelons par Christian Ceyral (36).jpg (568161 octets) L'outil qui sert à massacré le nid. Un simple T en bout du tube alu. Largeur de la barre +/- 25 cm. Après que le public est bien voulu se déplacer au fond de la cour, c'est le massacre avec toujours le même tube auquel a été enlevé le tube d'injection.
Le premier morceau du nid tombe, des insectes volent encore. Ceux qui reviennent de collecter des insectes ou se nourrir ne rentrent plus dans le nid dès que ce dernier est traité. C'est la raison de tout ceux qui volent autour du nid en cours de démolition. Que deviennent ils ?, peut importe, plus de larves à nourrir plus de dégât sur nos insectes pollinisateurs, c'est déjà ça de gagné. Reste le délicat soucis des jeunes reines. Sont elles partie ? sont elles encore dans les nids ?. Ceux qui croient savoir ne savent pas qu'ils ne savent pas. Attendons la conclusion des études en cours. En attendant descendons des nids même tardivement. Destruction d'un  nid de frelons par Christian Ceyral (38).jpg (648476 octets)
35.jpg (548886 octets) Le premier morceau du nid a été cassé, la suite de la descente va se poursuivre. Des observations des années passées sont à remarquer concernant les descentes tardives de nid. Ces observations vont se poursuivre. Nous sommes pas tous sorti encore des affirmations de l'imposteur fabulateur qui a sévit dans le monde des apiculteurs de 2007 à 2008. La plaie est profonde et la cicatrisation s'amorce lentement. C'était une montagne d'inepties répandues dans la nature. Le premier travail des scientifiques de nos instituts nationaux de recherches à été de rétablir des vérités sur des informations erronées diffusées à tord.
La tête du tube massacre le nid. Le soucis dans cette phase est de pourvoir se frayer un chemin entre les branches. C'est de tout facile à tout compliqué, selon l'arbre. Lorsque les nids sont atteint du sol c'est toujours facile de se déplacer pour être en face du nid. Pendu dans les cordes, même installé sur une ou plusieurs branches, c'est souvent bien plus pénible de manier le tube. Destruction d'un  nid de frelons par Christian Ceyral (37).jpg (694761 octets)
Les participants parlaient de la nécessité de détruire les nids car les dégâts sont importants. Les questionnements étaient nombreux. Comment sont ils arrivés ? Qui doit payer ? Pourquoi la collectivité ne prend pas en charge le prix à payer ? Quel est leur évolution, sont ils en nombre croissants ? Certains participants ont fait des remarques concernant l'utilité de descendre les nids à cette saison. Notamment des voisins  Corréziens apiculteurs ont parlé de multiplication de nid l'année suivante suite à des destructions en octobre dans leur village. Ils parlaient aussi de solutions alternatives pour détruire les nids. Une personne a soutenu mordicus que les frelons adultes mangeaient des abeilles. Chacun a conter son histoire de frelon. Ces échanges ont permis de rétablir quelques certitudes (les frelons capturent des insectes uniquement  pour nourrir les larves) et vers 17 h 30 s'est clôturé cette journée "sécurité dans les arbres". 

Les chasseurs de palombes sont retournés à leur plaisirs dominical, avec nous l'espérons bien présent à l'esprit de nouvelles notions de sécurités dans les arbres.  Pour les chasseurs de frelons, pas de répit. Pour clore cette journée deux nids ont été enlevés à Sarlat, un dans un garage, l'autre dans un grenier. 
Le lendemain dimanche était un autre jour, c'est la tournée locale (2 km autour) avec l'apiculteur local, du bénévolat sur deux nids qui seront un test sur le nombre de nid de l'année prochaine. Prochainement un autre nid (gardé secret) sera tombé dans les mêmes conditions pour satisfaire aux études et observations menées depuis 2007.
Photos des sécurités au sol et en élévation seront présentée dans quelques temps.
La sécurité au sol d'un grimpeur nécessite une attache autour de l'arbre. Sur cette attache viens se fixer un mousqueton avec un nœud demi cabestan terminé d'un nœud de mule. Un mousqueton vient sécuriser l'ensemble du dispositif qui permet la descente d'une personne qui aurait une perte de connaissance ou un accident lui empêchant de descendre par ses propres moyens. Par le déblocage de ce dispositif, une personne au sol " descend " la personne en difficulté. Bientôt notre propre photo, celle ci vient du site http://www.ffme.fr
index.1.gif (11114 octets)
   
Il s'est fait un coup de pub gratuite,
<<ça ne sert à rein de détruire les nids à cette saison, cela multiplie le nombre des reines pour l'année suivante>>. Tel est l'avis d'un apiculteur Corrézien présent à Sarlat le 28/11/2009 dans la matinée. 

Concernant la pub, oui c'est une occasion gratuite de susciter des réflexions autant pour ceux qui vont arrêter de monter aux échelles, que pour d'autres l'envie de "se lancer" dans l'aventure. Oui c'est de la publicité, même mieux que cela, c'est du "marketing" de haut niveau, car c'est ouvert. Frelonneux et Paloumayres doivent se sécuriser dans les arbres ainsi que pour toute personne qui s'élève du sol pour tout travaux.

Deux  buts principaux à cette journée. 
 - Montrer aux chasseurs de palombes des matériels qui leur évitent les chutes lors des travaux de construction ou d'entretient. 
 - Faire en sorte que l'année prochaine des personnes dans toute la zone de prolifération des frelons (+/- 30% du territoire français) s'équipent pour descendre les nids de frelons asiatiques avec un maximum de sécurité.  

Nous avons déjà la satisfaction d'avoir motivé une entreprise charentaise à se lancer dans la descente des nids. Cet artisan nous a accompagner depuis samedi sur les lieux de descente de 2 nids. Au prochain nid, ce sera à lui de manier le matériel pour descente le nid. Si l'occasion se présente, il montera aussi aux cordes. De retour en Charente, ce sera pour cette entreprise  un petit complément de travail à la saison prochaine.
Autre satisfaction plusieurs personnes qui s'intéressent au montée et descente sécurisé pour l'entretien de leur palombière. Mine de rien c'est pas si mal d'avoir des réactions immédiatement positives

Il n'y a pas pour autant lieu d'envisager cette activité avec des envies de gains faciles. Le forfait préconisé, c'est 83.61 € pour une auto entreprise, ou 100 euro pour une entreprise à la TVA. Ce forfait comprend une moyenne de 35 kilomètres par nid. En moyenne une heure de déplacement avec les temps de rangement et d'entretien du matériel. Reste une demi-heure sur place pour enlever le nid. Ce dernier temps étant généralement bien trop court, c'est en bien s'organisant de façon à ce que ce temps soit compensé par des déplacements ou il est possible de faire au moins deux nids sur une distance aller retour inférieure à 60 km.

Cette petite activité peut s'envisager sur un rayon de 30 km maximum. La forme auto-entrepreneur prestataire de service est une des possibilités pour ceux qui voudraient se lancer. Juillet et août 2008, j'ai fais toutes les descentes de nids après (ou avant) ma journée de chauffeur de transport transport en commun. Juin c'est une demi journée par semaine. Septembre c'est une moyenne d'une journée par semaine. Octobre et novembre, c'est moins de deux journées par semaine. Durant ces deux derniers moi, en une journée bien organisée, il peut se faire de 4 à 8 nids par jour. 4 nids c'est des nids qui nécessite l'emploi des cordes., 8 nids c'est au moins deux en intérieurs et un seul avec les cordes.

Nous constatons que la débrouille s'organise concernant les enlèvements de nid de frelons noirs. C'est le coup de main aux voisins. Seul bémol, ces personnes veulent monter de plus en plus haut car les nids ne sont pas qu'à 2.5 m. dans le bâti. Les jeunes nids découverts en mai ou juin dans le bâtit peuvent être autant de nids en moins pour la saison s'ils sont détruit de façon drastique.

Mais attention certaines reines migrent très tôt, ce sont des nids qui même enlevés ne seront pas un nid de moins pour la saison. 

Examinons le cas de deux nids à Marcillac St Quentin (2009), et de deux autres à Sarlat (2008). Le premier collecté le 27 août 2009 par les scientifiques du MNHN. A la vue du nid ils ont indiqué au propriétaire des lieux : sans tarder un autre nid plus important sera  découvert en haut des arbres aux abords immédiats du nid primaire. Le nid secondaire (en fait le principal) tombera en cassant la branche sur laquelle il s'était installé. Appelé sur les lieux, ce nid fera un passage dans nos congélateurs avant de prendre le chemin des congélateurs du MNHN de Paris. Peu de temps après le passage des scientifiques à Marcillac ( le 30/09/2009), il a été découvert un nid chez un voisin à 300 m. du premier, sous un auvent d'entrée d'une maison. Dans le doute nous avons regardé si  le tilleul dans la cour n'abritait pas un nid de frelon. Nous n'avons rien vu dans dans cet arbre. Le 20 novembre un voisin nous informe de la présence d'un nid près de l'église de Marcillac. La boucle est bouclée. L'enlèvement des nids au sol a été sans effet sur le nombre de nid de la saison 2009.

Tous les nids trouvés dans le bâtit ne migrent pas. Les deux énormes nids enlevés à l'intérieur à Sarlat le 28/11/09 ont eu un autre comportement. Ils sont resté soit dans le nid primaire qu'ils ont agrandi sans cesse, ou alors ils sont venu d'un nid primaire et se sont installés là ou ils ont été découvert. A Limeuil, accroché au la solive faîtière un nid primaire (à droite sur la photo) était à coté du nid principal. Était il celui qu'avait commencer la jeune reine, ou était il celui d'une autre reine, voir même d'une reine d'une autre année ?. autre lieu.
Autre anecdote à Marcillac st Quentin au château de Lasserre. Un chasseur indélicat a tiré un nid au fusil à la fin de l'été : douze cartouches . Résultat, quand les feuilles sont tombées, deux nids ont été découverts au même endroit. Après avoir rendu visite au Maire pour lui indiqué de "régler cette affaire" avec le chasseur sans délai, ces deux nids ont été à nouveau tirés au fusil. C'est mieux que rien, même si c'est largement incomplet.

 - La réduction de l'espèce passe selon nous par les petits nids ou il se passe des choses à vérifier. 
 - L'élimination des nids même tardivement où là encore leur comportement reste mal connu.
 - Ensuite l'apiculteur doit veiller à la protection de ses colonies notamment en nourrissant au miel en cas d'attaque des frelons.
 
 - Les pièges à jeunes reine de printemps ne semble pas avoir d'effet. Des nids sont découverts dans les environs immédiats des pièges. 2009, rue des Pechs à Sarlat à 50m. des pièges. Les exemples ne se comptent plus. De nombreuses Communes de la communauté des Communes du Sarladais n'ont pas piégé.  Des secteurs sans  piège, cela faisait aussi parti de la première campagne des pièges à jeunes reines en 2008 que nous avons mené. Idem en 2009. Résultat : pas de conclusions hâtive, mais la pression des pièges ne semble pas avoir d'effet sur le nombre de nids.  Dés décembre 2007, nous avons voulu lancer sur 7 communes une campagne de pièges de printemps. La base en était les connaissances du moment "une reine capturée, c'est un nid de moins".  Nous n'avions rien de mieux à faire, découvrir cet intrus, essayer de le limiter. L'idée était de capturer 3 ou 4 jeunes reines par commune afin d'en réduire le nombre de nid. Dés le début, nous avons découvert plusieurs dizaine de captures. Énorme surprise. Hélas ces connaissances n'étaient que des fabulations.  Les scientifiques de nos instituts de recherches nationaux n'étaient pas encore arrivés à démystifier la fabulation colportée. Le 9 janvier 2008, M Tallec, alors Préfet de la Dordogne s'est lui aussi "engouffré" dans la brèche, face à ce "aro" sur les frelon Vespa velutina nigrithorax qui arrivait de toute part. Suite à la décision prise en Dordogne de lancer une campagne généralisée de pièges à jeunes reine en 2008 Claire Villemant (MNHN de Paris) nous à clairement indiqué ainsi qu'au Préfet de la Dordogne les dangers d'une telle campagne. Elle nous à dit  en janvier 2008 et l'a redit en juin 2008 devant le Préfet de région à Bordeaux qu'à sa connaissance jamais aucune espère n'a put être réduite par le piégeage des fondatrices. Mon voisin Paul, m'a dit : depuis longtemps je piège les jeunes reines de Vespa crabo au printemps, et il y en toujours autant tous les étés.  L'un est scientifique en activité, coordinateur des études sur le frelon Vespa velutina nigrithorax, l'autre est un ancien très proche de la nature. 

En ce qui nous concerne, repousser l'envahisseur semble bien s'être fait sans les pièges à jeunes reines. Les abeilles de la serre de Galinat ne sont pas dérangées par les frelons. Cela fait deux années que la prévention s'est installée. Excellent résultat, pas de dégât significatif sur les ruches. 

L'enlèvement des nids par les pompiers coûteraient bien trop cher à la collectivité. La législation impose des interventions sécurisées à un tel niveau que le nombre de personne et de véhicules à mettre en œuvre est important. Avant toute intervention, une reconnaissance des lieux est obligatoire avec un véhicule léger et deux personnes. Ensuite les moyens nécessaires font l'objet d'une mission même simple avec un minimum de 3 personnes.

A l'essayage du matériel l'après midi nous avons constater l'intérêt des participants pour les diverses méthode d'accès aux nids avec les matériels présentés. En dehors des matériels de sécurité, tout le reste c'est de la récupération. Les tubes, le système de monter le fil passe corde, l'injecteur de produit, le petit réservoir d'air comprimé, le case nid. Les cordages de montée du matériel c'est aussi de la récupération.

Le départ de l'idée de monter avec des cordes est déjà ancienne. Dés le début de la campagne 2008, j'avais demandé à la section agricole du conseil général de la Dordogne  un baudrier même usager pour mon ami Thierry. Ce dernier montait aux arbres comme un singe, sans aucune protection en cas de chute. Il n'y avait pas eu de suite à ce moment là. Par la suite j'ai rencontré les grimpeurs élagueurs de l'espace vert de Conseil Général. Je leur ai montré comment faire. Eux ont de l'équipement pour se protéger des chutes. Actuellement ils sont en mesure de descendre des nids sur les nombreux territoires et propriétés du Conseil Général de la Dordogne

L'installation d'une colonie de frelons asiatiques bien nourrit avec les abeilles peut sembler une idée son grenu . . .  . . à voir !. Dès que possible cette expérimentation sera mise en place. Ainsi pas de problème pour localiser le nid, nous saurons où il est pour le détruire le moment choisi.

Les directions observées cette fin d'été près de la serre de Galinat, notamment aux "râteliers pour frelons asiatiques et communs", se sont révélées exactes (les 5 points bleus). Le nid point rouge n° 1 en direction nord à été trouvé. Il est au milieu des bois, à 300 mètres du ruisseau la Seignole. L'autre n° 2 point rouge direction au nord ouest n'a pas été découvert dans la même distance. S'agit il du nid de la Farouchie n° 2 ?. Y en a t il un sur l'une des courbes de niveau équivalent au n° 1 ? ou proche du hameau de Salon ou des Toudonnies ? Dans ce dernier cas les deux nids seraient à la même distance de Galinat. La Farouchie, c'est bien plus loin, 2,5 km.
A observer : les deux directions à 45° longes des crêtes avec des altitudes voisines du nid n° 1. Demain 4 décembre 2009 le nid n° 1 sera au sol, des insectes vont être alcoolisés, d'autres séchés. Sur le nid n° 2 il sera fait de même. Les deux lignes à 100° vont vers des altitudes équivalentes. Quelques rares départ du râtelier n° 3 ont été constaté vers le sud où le nid découvert est à 3 km. dans le village de Tamniès.
1 kilomètre, c'est la distance du nid 2007 de la Martinie ou celui de 2008 à la Fontaine de Malhas et 2009 au Mas Nègre. A ces distances des abeilles ils ne semble pas avoir d'impacte sur les colonies. 
Le plus important est d'avoir réussi à préservé pendant deux ans à la serre de Galinat la tranquillité des abeilles et des insectes pollinisateurs. Les abeilles sont à gauche du point n°1 bleu.

Avoir la direction d'un nid ne veut pas dire savoir où il est. Savoir où il est implique beaucoup de temps . . . et ce n'est pas forcément gagné.

Gageons d'avoir trouver comment les tenir à distance : au fond nous n'avons pas besoin de plus. 2010 sera chaud, ne dit on pas "jamais deux sans trois" !.

  

parasite-vvn.jpg (241717 octets) Un frelon parasité par une larve. Abdomen creux c'est la larve d'un insecte pour l'instant inconnu qui se serai élevée sur ce frelon. La mouche trouvée dans le nid serait elle l'espèce qui s'introduit dans le nid de frelon pour y pondre ses œufs ?. Déjà un insecte avait été trouvé dans un nid à St Geniès. Quelques personnes disent aussi en avoir trouvé dans les descentes de nid.
Le nid descendu samedi 28 novembre avait plusieurs nymphes dont l'abdomen était creux ; étaient ils parasité par des larves d'insectes pondues dans le couvain ?

 

Article du journal Sud Ouest du dimanche 29 novembre 2009
Ci-contre lien de la photo copie au cas où l'article ne serait plus en ligne 

Article du journal Sud Ouest du lundi 30 novembre 2009
Ci-contre lien de la photo copie au cas où l'article ne serait plus en ligne
     

Précisions suite à l'article

Nous ne "chassons" le frelons que depuis deux ans et quelques mois (septembre 2007)
Nous les avons découvert en septembre 2007 en sarladais (2006 un nid isolé au château du Roucal, un autre à Razac / L'Ilsle)
Donc nous sommes à deux campagnes de piégeage des fondatrices 2008 et 2009

Nous avons en 2007 détruit 50 nids sur les territoires de CC Périgord Noir et CdC du Sarladais, tous en bénévolat. Le but était de montrer que c'est possible avec des moyens rudimentaires. En ce temps la sécurité par rapport aux chutes des arbres étaient catastrophique.

Nous sommes à la fin de la deuxième campagne de descente des nids( 2008 et 2009).

Détruire, c'est mettre du produit chimique sans enlever le nid, ce qui est une mise en dangers des oiseaux qui picorent les larves.
Descendre c'est enlever le nid avec quelques fois du produit chimique (moins de 35 % des nids nécessitent l'emploi de produits chimiques). Samedi 28 novembre sur le cèdre avec insecticide. Un dans un garage, et un autre dans un grenier sans insecticides.

Tout les nids accessibles sont enlever sans le moindre insecticides, à mains couverte, protection totale.
Ceux prélevés pour les scientifiques sont enlevés généralement sans insecticides, avec des méthodes gourmandes en temps à passer. D'autre fois à la "sauvage" sans ménagement. Des méthodes alternatives aux insecticides existent, c'est bien plus long et cela allongerai aussi la facture.

Nous avons les statistiques : (CdC du Sarladais, CC Périgord Noir, Sergeac et Cénac)
- 2007 les nids découverts 
- 2008 les captures de présumées fondatrices 
- 2008 les nids découvert en 2008 
- 2009 nous attendons fin janvier pour publier les chiffres (pour être le plus complet possible)

2009, c'est une trentaine de nids collectés sur les cantons de Carlux, Salignac, Montignac, le Bugue et Sarlat et qui ont rejoint les congélateurs et alcool à 95° des chercheurs de nos instituts nationaux de recherches.

200 frelons dans un nid est nous semble t il être le nombre qui empêche les oiseaux d'attaquer le nid, combien sont ils réellement ? . . . . il faut les capturer en silence la nuit et les compter pour savoir précisément.

Personnellement nous n'avons pas connu de prix supérieur à 200 € TTC cette année. ( 190 € pour 2 cas pour l'instant) (un à 200 €)
60 % sont 100 € TTC, (du sol à 15 m.) 
130 € TTC c'est 20 % des cas (15 à 20 m.)
restent 20 % d 130 à 190 € TTC (au dessus 20 m.)
La TVA incluse est de 19.6%

Cela fait une moyenne de 118 euros par nid en 2009 (correction du 15/02/2010) . Il n'y a pas de différence de prix en fonction de lac longueur du déplacement. Seule la hauteur moyenne des nids influe sur le prix moyen.

Qu'un certain jeune homme ait mis un an et demi pour savoir descendre sur une corde me semble des propos hors du temps. Monter descendre aux cordes : c'est, une journée de formation dans un centre spécialisé (comme pour sauter en parachute, je sais, car j'ai fais). Si vous décidez de faire une sortie spéléo ou d'escalade entre amis dans une entreprise de loisirs locaux, (au hasard "Couleurs Périgord"  à Vézac), vous serez vite (dès le premier jour) "pendue aux cordes", la descente ne sera que plaisirs.
  

Haut de page
Le frelon Vespa orientalis est un frelon qui ne niche qu'à l'intérieur du bâtit ou des creux comme notre frelon commun.
Il est marron comme le frelon Vespa crabo. Il n'a que deux segments de l'abdomen jaune, alors que l'européen a l'abdomen jaune. Les abeilles cypriote (Apis mellifera cypria) arrivent à étouffer l'intrus qui meurt pas manque d'air. Études menées en Grèce par Gérard Arnold, Agnès Rortais et Alexandros Papachristoforou chercheur grec. Ce dernier est venu observer et prélever des frelons asiatiques en Périgord.
Frelon oriental (Vespa orientalis)

Précédent

Vespa velutina nigrithorax sa découverte aux abords de la vallée de la Vézère en septembre 2007
Le 09/09/07, l'intrus a été formellement identifié en aval de Montignac. Deux petites vallées convergentes à la vallée de la Vézère sont colonisées par le frelon asiatique. Il s'agit de la vallée du Vimont à Plazac et à Sergeac vallée de la Seignole. Il devait être présent depuis le printemps, mais il n'avait pas été rencontré devant les ruches. Dans la vallée du Vimont un nid à été trouvé et détruit à Plazac. Il y a encore quelques frelons qui visitent les ruches dans le village de Plazac. Dans la vallée de la Seignole il y a des frelons (rarement) mais pas de nid localisé pour l'instant. Le plus près détruit était à Thonac. La carte des nids localisés.
Le moyen certain de le reconnaître est la façon qu'il a de tourner autour des ruches et de se positionner en vol stationnaire devant la ruche afin de choisir une abeille qui sera sa victime. Plus petit qu'un frelon classique de chez nous, c'est une grosse guêpe. Sa couleur est noire, les extrémités de ses pattes sont jaune clair. Actuellement il est aussi présent dans les pièges à frelon.
Présentation de la destruction d'un nid de frelons d'Asie sur un arbre de 30 mètres.
  Photo de la ruchette sur la charrue à Sergeac, vallée de la Vézère
Haut de page

La descente c'est que du bonheur !!


Corde blanche, descendeur anti-panique, corde jaune, anti-chute

Haut de page 

Le 06 novembre 2009 à 17:22:00

Les feuilles sur un peuplier ne sont pas encore tombées, le nid se découvre peu à peu.
Finalement le propriétaire se décidera à faire enlever ce nid le 25/11/09

    

Accueil

l SommaireComportements l Signalements l Pièges l HibernationContact l Rétrospective l Pour rire l
l Sécurité l Destruction l Éradication l Localisation des nids l Surveillance aérienne l Comptage l
Études l

z  Fichier créé le 09/09/2007 - mise à jour le mardi 10 mars 2015 - Rédacteur : Christian Ceyral 
Statistiques mois de novembre 2007 : c'est 1372 visiteurs 6669 pages ouvertes
Statistiques mois de mars 2008 : 3600 visites 13000 pages ouvertes